Domaine : Sciences humaines et sociales

 
Mention : Géographie et Aménagement [Licence]

CMI transition territoires participation - licence de géographie-aménagement

  • Composante

    Sciences sociales et administration

  • Langue(s) d'enseignement

    Français, Anglais

Présentation

Le Cursus Master en Ingénierie Transition Territoires Participation (CMI-TTP) forme des étudiants en géographie à concevoir et mettre en œuvre des projets participatifs de transition à l’échelle des territoires locaux.
Le CMI – TTP est adossé à la licence et au master de géographie, et aménagement de l’Université Paris Nanterre. Les étudiants CMI suivent 20% de modules en plus par rapport à un parcours universitaire classique. Ils obtiennent un diplôme de master 2 et un diplôme d’ingénierie sociale et territoriale.
Les étudiants intègrent le CMI – TTP après le baccalauréat. Au cours des 5 années de la formation, ils effectueront 3 stages et au moins un séjour à l’étranger.
C'est la seule formation en France à croiser l’ingénierie de projet et la participation dans une approche géographique orientée vers la transition.

Retrouvez toutes les informations sur le site Internet : http://cmi-ttp.parisnanterre.fr

Lire plus

Objectifs

Transformer nos modes d’habiter, de mobilité, de production vers des systèmes plus durables : la transition sociale-écologique est un enjeu majeur du monde contemporain. Le CMI a pour but de former des géographes à l’ingénierie sociale et territoriale afin qu’ils accompagnent la participation citoyenne autour de projets qui font avancer la transition sociale-écologique. Par exemple :

- Rapprocher consommateurs et agriculteurs grâce à un Projet Alimentaire Territorialisé (PAT)
- Diminuer les émissions de C02 et améliorer la résilience dans un Plan Climat Air Energie Territoire (PCAET)
- Œuvrer pour une justice spatiale en matière de santé (accès au soin, exposition aux nuisances environnementales) au travers un Plan Régional de Santé-Environnement (PRSE)
- Concilier les différents usages de l’eau (domestique, agriculture, industrie) et améliorer la qualité des hydrosystèmes avec un Schéma d’Aménagement et de Gestion de l’Eau (SAGE)

Lire plus

Savoir faire et compétences

Des compétences d'analyse territoriale :

- Comprendre les enjeux sociaux, économiques et environnementaux de la transition dans les territoires, du local au global
- Décrypter des contextes territoriaux variés, en France ou à l’étranger
- Mobiliser les outils numériques pour saisir et donner à voir les dynamiques spatiales (Système d’Information Géographique, cartographie)

 

Des compétences en ingénierie de projet :

- Concevoir et mettre en œuvre des projets de territoire impliquant les acteurs locaux
- Co-construire des stratégies de transition pour les territoires
- Réaliser des diagnostiques territoriaux
Maîtriser les réglementations et les outils de projet

 

Des compétences en ingénierie participative :

- Appuyer le fourmillement d’initiatives locales en faveur de la transition. Valoriser les énergies citoyennes
- Concevoir et animer des dispositifs participatifs pour accompagner les acteurs locaux dans la transition de leurs territoires
- Susciter les synergies territoriales et la résolution collective des problèmes

Lire plus

Les + de la formation

Par rapport à un cursus universitaire classique :

- Des compétences spécifiques sur l’ingénierie de projet et la participation
- Un accompagnement personnalisé
- Une préparation au monde du travail, avec l’intervention de nombreux professionnels dans la formation, dès la licence
- 20% de modules supplémentaires, valorisés par 20% de crédits universitaires (ECTS) supplémentaires
- Un label national CMI délivré par le réseau interuniversitaire Figures

 

Par rapport à une classe prépa (CPGE) :

- Une pédagogie active : 4 projets collectifs de terrain et 3 stages (L1, M1, M2) en France et à l’étranger
- Un accent mis sur la coopération entre étudiants plutôt que la compétition
- Une charge de travail équitablement répartie sur 5 ans
- Une formation dispensée par des enseignants-chercheurs experts dans leurs domaines
- Des interactions fortes avec les laboratoires de recherche (LADYSS et LAVUE)
- Des partenariats avec des professionnels

Lire plus

Organisation

Les étudiants suivent les cours de la licence de géographie et du master Géographie, Aménagement, Environnement, Développement local (GAED). Ils reçoivent donc d’abord une formation de géographes, discipline qui leur permettra de comprendre de manière transversale les enjeux de la transition sociale-écologique. Ils suivent 20% de modules (cours, stages, projets tuteurés) supplémentaires, spécifiques au CMI, soit environ deux modules supplémentaires par semestre.

Par rapport à un cursus licence-master classique, le CMI exige environ 20% de travail supplémentaire de la part des étudiants, qui doivent en être avertis et être motivés pour cela. Ils bénéficieront de 20% d’ECTS supplémentaires et d’un label d’ingénierie en fin de cursus, garanti par le réseau interuniversitaire Figures.

Lire plus

Contrôle des connaissances

Les modalités de contrôle de connaissance sont les mêmes que pour la licence de géographie-aménagement et le master GAED. Contrôle continu et terminal.

A la fin du cursus, les étudiants reçoivent un diplôme de Master 2 ainsi qu'un label d'ingénierie qui correspond à 20% d'ECTS en plus par rapport à un cursus universitaire classique.

Lire plus

Programme

Sélectionnez un programme

L1 - CMI transition territoires participation - licence de géographie-aménagement

L2 - CMI transition territoires participation - licence de géographie-aménagement

L3 - CMI transition territoires participation - licence de géographie-aménagement

Admission

Conditions d'accès

L’admission au CMI-TTP est sélective. Le critère principal de sélection est la motivation de l’étudiant :

- Adéquation de ses centres d’intérêts et de son projet personnel et professionnel avec le projet pédagogique du CMI-TTP ;
- Motivation à fournir environ 20% de travail personnel en plus que pour un cursus licence-master classique ;
- Engagement à suivre les cinq années du CMI-TTP

Lire plus

Modalités de candidature

Les candidats émettent le vœu d’intégrer le CMI-TTP sur Parcoursup. Le CMI-TTP apparaît dans la liste des formations en ingénierie.

Il est très fortement conseillé aux candidats au CMI-TTP de candidater également à la licence de géographie-aménagement. Il s’agit de la filière support du CMI-TTP. En cas de refus d’admission au CMI-TTP, vous pourrez intégrer la licence 1, et éventuellement rejoindre au 2ème semestre de L1 ou en L2 le CMI TTP.

Lire plus

Pré-requis et critères de recrutement

Pour apprécier cette motivation, le jury d’admission procèdera en deux phases.


Phase 1 : examen du dossier de candidature (avril). Les éléments suivants retiendront particulièrement l’attention du jury :

- Résultats des épreuves anticipées du baccalauréat en français et le cas-échéant en histoire-géographie ;
Notes de première et de terminale en histoire-géographie et français ;
- Résultats et notes du baccalauréat (ou équivalent) et post-baccalauréat (pour les candidats qui ne sont pas bacheliers 2020), en particulier en histoire-géographie, et français ;
- Niveau B2 en langue française attesté par un certificat (pour les candidats étrangers)

 

Phase 2 : entretien (mai). Après examen du dossier, les candidats réunissant les attendus sont convoqués à un entretien de motivation. L’objectif est de vérifier l’intérêt des candidats pour le CMI – TTP, leur compréhension du projet pédagogique, et l’adéquation de leur projet d’étude et de leur projet professionnel avec ce que le CMI –TTP peut leur proposer.

Il est possible, pour les étudiants motivés de la licence 1 de géographie-aménagement, ou d’une autre licence 1 de l’université, d’intégrer le CMI-TTP dès le semestre 2 de la licence 1. Ils devront présenter un dossier, passer un entretien de motivation et rattraper les modules CMI manqués.

Lire plus

Et après

Poursuites d'études

Le CMI-TTP est une formation qui conduit en 5 ans les étudiants à intégrer le monde professionnel. Des poursuites d'études sont néanmoins possibles en thèse de doctorat.

Lire plus

Insertion professionnelle

Les débouchés visés à Bac +5 correspondent à des postes de chargé.e.s de mission (développement local, aménagement du territoire, environnement, économie…), coordinateurs.trices de projets de développement local, ou de chargé.e.s d’étude (réalisation de diagnostics et d’évaluations). Les petites, moyennes et grandes entreprises, les collectivités territoriales, les agences publiques et institutions para-publiques, les ONGs et associations qui soutiennent le projet Transition Territoires Participation reflètent la diversité organisations constituant les débouchés de la formation, de leurs territoires d’intervention et de leurs thématiques.
Les structures et secteurs visés

Dans les services développement local, développement économique ou environnement, des communes, communautés de commune ou d’agglomération, des départements, ou autres structures publiques ou parapubliques (Parc Naturel Régional, Chambre d’Agriculture…), les professionnels issus du CMI-TTP accompagneront les élus ou conseils d’administration dans la mise en place des politiques publiques territoriales. Ils pourront être chargés de mission, ou rédiger des appels à projets pour recruter puis superviser le travail de consultants externes.

Les étudiants du CMI-TTP pourront également être recrutés dans des cabinets de consultants spécialisés dans le conseil territorial, pour mener des diagnostics ou mettre en œuvre des projets de territoire.

Ceux qui se spécialiseront sur le développement international pourront travailler pour des ONGs qui appuient les partenaires étrangers dans la mise en œuvre de projets de transition territoriale.
Les associations, souvent de petites tailles mais nombreuses et dynamiques, constituent un autre débouché important pour les futurs chargés de mission issus du CMI – TTP.

Retrouvez en détail les métiers auxquels préparent le CMI-TTP sur notre site Internet : http://cmi-ttp.parisnanterre.fr

Lire plus